• Mario Peluso

     

    Mario Peluso

    J'ai un peu plus de 8000 disques, chez moi, mais seulement une douzaine peuvent être couronnés du titre royal de "Coup de coeur infini." Le cas de celui-ci. Comment définir ? Un disque d'un artiste jamais entendu avant et qui, dès la première chanson, me met au tapis, cela pour le reste de la vie.

    Mario Peluso m'avait été recommandé par une copine de Ville-Marie, au Témiscamingue, parce qu'il était un ancien compagnon de classe, à l'adolescence. J'ai tout de suite adoré la voix traînante, l'influence de Neil Young, la musique folk-rock, les paroles, l'ambiance, la richesse mélodique, la mélancolie. Ce sentiment ne s'est pas démenti avec les disques suivants de Péluso. Donc : premier disque, première chanson :

    Mario Peluso, Témiscamingue, 1998, Malgré tout


  • Commentaires

    1
    Mercredi 13 Mai 2015 à 23:48

    Belle chanson, là encore.

    (Et belle région ...)

    2
    Jeudi 14 Mai 2015 à 06:16

    Celle-ci est plus électrique que les deux autres. L'intro est très NeilYounesque !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :