• Roger Miron

    Roger Miron

    De la vague folklorique des années 1930 jusqu'au western, il n'y avait qu'un pas. D'ailleurs, la plupart des folkloristes s'adonnaient à la chanson des plaines et vice verça. Le coup d'envol des années 1940 est dû au Soldat Lebrun, mais sa formule limitée ne passera pas le cap de la fin de la guerre. Willie Lamothe mène le bal, suivi de Paul Brunelle, de Marcel Martel, de Roger Miron. Aujourd'hui, le style est marginalisé, mais au cours des années 1950, ces chanteurs cow-boys atteignaient un grand public via des succès radiophoniques. Cette courte chanson de Roger Miron a été davantage qu'une pièce populaire, puisque son titre est devenu une expression faisant maintenant partie des moeurs, même chez des gens n'ayant jamais entendu la chanson.

    Roger Miron, À qui l'ptit coeur après neuf heures (1956)


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :